France – Paris Formule E 2018

Published: 29/04/2018 | Documented: Avril 2018
Categories: Europe, France

Cette dernière semaine, l’Esplanade des Invalides et son quartier avoisinant se sont barricadés de béton et grillage métallique. Non, pas en raison d’une visite diplomatique, mais en vue de l’édition 2018 de la course de Formule E. Logé à trois pas des Invalides, je ne pouvais rater l’occasion d’en apprendre davantage.

Lancé à l’automne 2014, le championnat de Formule E de la Fédération internationale automobile (FIA) se dispute en dix Grands Prix en circuit urbain.

La Formule E met en lice des monoplaces électriques dont la technologie évolue rapidement. Les monoplaces comportent un chassis et une coque de fibre de carbone, d’aluminium et de kevlar. Propulsés par des moteurs développant 270 ch lors des qualifications et 225 ch en course, les bolides atteignent les 100 km/h en trois secondes. Leur vitesse maximale est limitée à 225 km/h par la FIA.

Au contraire de la Formule 1, une course de Formule E se déroule en une seule journée, essais libres et qualificatifs compris. Il serait difficile de faire autrement vu se déroule dans un circuit urbain tracé pour l’occasion dans la géographie urbaine.

Le grand Prix de Paris de Formule E emprunte un tracé sinueux et étroit de 2km tracé autour du momument des Invalides, qui rend les dépassements difficiles et souvent hasardeux.

Formule E-picurienne

Sitôt dans l’enceinte du village de la course, une odeur de baguette parisienne encore chaude titille l’odorat. La France sait conjuguer la Formule électrique avec une formule épicurienne constituée d’un solide petit-déjeuner dégusté dans le village de la course.

Paris 2018

La Formule E constitue un banc d’essai et de développement de véhicules électriques pour nombre de grands constructeurs automobiles dans le cadre de leur compétition commerciale sur le marché E. Aussi le village de la course présente-il divers modèles prototypes ou commerciaux à propulsion électrique.  Un vrai régal visuel.

Paris 2018

Paris 2018
Renault a raflé le titre de meilleur constructeur lors des trois premiers championnats de Formule E. La France est également représentée par les écuries Citroën (DS Virgin) et Venturi.

Paris 2018

Paris 2018

Paris 2018
Mais la concurrence s’aiguise et s’internationalise. L’Anglais Jaguar et l’Allemand Audi sont bien en vue, tout comme les Américains Dragon et Andretti, les Chinois Techeetah et NIO ainsi que l’Indien Mahindra.

La Formule E draine nombre de pilotes qui se sont illustrés en Formule 1, en rallye ou en endurance.

Les titres de champion ont fait la part belle au Brésil avec Nelson Piquet Jr. en 2014-2015 et Luca Di Grassi en 2016-2017. Le Suisse Sébastien Buemi a dominé la saison 2015-2016.  C’est lui aussi qui a remporté l’édition 2017 du Grand Prix de Paris.

La course

L’heure de la course s’approche. Les mécaniciens poussent les monoplaces vers l’aire de départ. Si l’équipe de mécaniciens et de motoristes est relative modeste comparé à la Formule 1, pas moins de trois ingénieurs suivent et conseillent chaque pilote en course, afin de gérer au mieux les paramètres techniques du bolide.

Paris 2018

Cette année-ci, le Français Jean-Eric Vergne a dominé la course de la tête et des épaules, dès les essais qualificatifs. De nombreux compte-rendus détaillés sont disponibles en ligne. Pour ma part, j’ai suivi la course sur un écran géant sur l’esplanade des Invalides, tout en visitant les stands et les abords de la piste.

Paris 2018

Assister à une course de bolides sans bruit de moteurs mécaniques est très surprenant. Les moteurs électriques produisent un certain bruit également, quoique moindre que la transmission et les chocs de la carrosserie sur le macadam. Un peu le bruit de voitures pour enfants télécommandées.

Paris 2018

Autre particularité, les voitures de Formule E ne changent pas de batterie lors d’un arrêt au stand, comme les pleins de carburant dans les courses de Formule 1 ou d’endurance. Les pilotes changent simplement de voiture à la mi-course lors d’un arrêt éclair.

Paris 2018

Paris 2018
Ces arrêts aux stands seront probablement caducs la saison prochaine, grâce à des batteries d’un nouveau type qui aptes à durer toute la course.

La Formule E soigne la connection entre les pilotes et leurs fans. Ceux-ci peuvent tweeter pour leur pilote préféré durant la course. Les trois pilotes ayant reçu le plus de tweets bénéficient d’un supplément d’énergie en fin de course pour mieux terminer leur course.

La Formule E célèbre l’adresse et la vélocité, combinée avec l’économie d’énergie. Il arrive régulièrement que des concurrents tombe en ‘panne sèche’ peu avant l’arrivée, malgré le changement de voiture à mi-course. L’Allemand Lotterer en a fait les frais à Paris cette année.

La victoire

Les courses de Formule E sont aussi brèves – moins d’une heure –  que nerveuses. De nombreux incidents mineurs ont émaillé la course parisienne. Le final a été haletant pour l’attribution des premières places, au-delà de celle du vainqueur.

Paris 2018
Jean-Eric Vergne l’a donc emporté avec panache, devant le Brésilien Luca Di Grassi et le Britannique Sam Bird. Le champagne a coulé à flots sur le podium, à l’identique de la Formule 1. La foule compacte a célébré le trio de tête, sur un fond de musique électronique. La fête a été bien belle.

Paris 2018

L’enjeu de la Formule E n’est pas que sportif, technologique ou encore commercial, mais plus largement sociétal. La transition énergétique vers des modes de transport durables est une nécessité et une urgence planétaire.

Bien à Vous,